Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Espace public
Retour à l'espace destiné au grand public

L'espace des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Espace Professionnel > Orientation

Les mathématiques : peu d'étudiants mais des débouchés professionnels excellents

Une étude dont l'objectif est de mesurer l'impact socio-économique des mathématiques en France a été rendue publique le 27 mai 2015. Quelle est la place des maths dans l'économie française ? Combien d'étudiants ? Quel taux d'insertion professionnelle ?

etudes-mathématiques

Une discipline importante dans l'économie du pays


Selon cette étude, les mathématiques contribuent à hauteur de 15% à la richesse nationale. Cette discipline a un "impact direct" sur 9% des emplois, ce qui représente environ 2,4 millions d'emplois. Ce chiffre tient compte des emplois occupés par des personnes ayant une formation en maths ou qui utilisent les maths ou des outils mathématiques.

M. Cordier, professeur de mathématiques à l'Université d'Orléans ajoute que "les mathématiques, c'est l'oxygène du monde numérique. Elles sont indispensables à son fonctionnement, mais on ne se rend pas vraiment compte de leur présence".

L'étude vise à changer la perception des maths par le grand public et les entreprises, puisque les maths sont perçues comme "une discipline austère, vieillotte".

Les études en mathématiques


Les formations en mathématiques connaissent un manque d'attractivité. En 2012, 2013, on comptait seulement 6600 étudiants en Masters, soit 2,1% des étudiants en masters à l'université. 2000 étudiants étaient inscrits dans des formations délivrant des doctorats en maths, soit 2,9% des effectifs de formations doctorales.
Selon cette étude, "ces effectifs sont relativement limités et en faible évolution".

Cependant, un certain nombre d'autres formations proposent des cours de mathématiques. L'étude précise "Vingt-cinq pour cent des effectifs étudiants de niveau Bac+2 à Bac+8 sont formés en mathématiques ou par les mathématiques". Les masters d'enseignement des autres disciplines scientifiques, des masters d'informatique, de statistiques et d'économie sont concernés.

21,1% des étudiants inscrits dans des formations courtes "mobilisent significativement" cette discipline. C'est le cas des DUT, dont 56% des effectifs sont formés par les mathématiques, des BTS (10,4% des effectifs) et de la licence pro (1,2%).
Dans les écoles d'ingénieurs, les mathématiques représentent 16% des enseignement en première année.

Un bon taux d'insertion professionnelle


Le taux de chômage des docteurs en mathématiques en France est plus faible que la moyenne des docteurs. 96% des masters en mathématiques ont un emploi 30 mois après leur diplôme alors que le taux est de 89% pour les autres masters, toutes disciplines confondues.

Le secteur privé est le plus représenté puisque 3 diplômés de masters en mathématiques sur 4 y travaillent. Ces diplômés ont notamment intégrés le secteur des services (finance, banques et sociétés d'assurance, cabinets de gestion et de conseil) et de l'industrie (sociétés d'ingénierie, aéronautique, high-tech, BTP, industries de la santé).

75% des docteurs en mathématiques s'orientent dans le secteur public pour leur premier emploi.
 
Afin d'améliorer l'attractivité de ces filières, les auteurs de l'étude préconisent notamment de renforcer "la lisibilité des compétences" et de valoriser les débouchés professionnels.

Source : Etude de l'impact socio-économique des Mathématiques en France réalisée par CMI à la demande d'AMIES, en partenariat avec la FSMP et la FMJH et le soutien des Labex Archimède, Bézout, Carmin, CEMPI, CIMI, IRMIA, Lebesgue, LMH (FMJH), Milyon, PERSYVAL-LAB, SMP (FSMP)


Date de publication
1 juin 2015