Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Espace public
Retour à l'espace destiné au grand public

L'espace des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Espace Professionnel > Orientation > Evolutions des pratiques de l'AIO > Conseil en évolution professionnelle

Conseil en Evolution Professionnelle, Egalité professionnelle

Mixité Femmes-Hommes : les conseillers CEP devraient être formés

Dans un rapport publié le 19 avril dernier, l'Igas et l'Igaenr estiment que les conseiller CEP devraient être formés pour intégrer la mixité femmes-hommes dans leurs pratiques professionnelles et éviter de "reproduire une vision stéréotypée des métiers"

Alors que femmes et hommes sont aujourd’hui à parts quasiment égales dans la population active, la mixité des métiers a globalement progressé, mais à un rythme extrêmement lent. Seulement 27 % des travailleurs sont dans un métier comportant au moins un tiers de femmes ou d’hommes, soulignent l’Igas et l’Igaenr, dans leur mission d’évaluation de la politique publique en faveur de la mixité des métiers.
Or, développer la mixité des métiers contribue à l’égalité professionnelle, puisque près d’un quart de l’écart salarial moyen entre femmes et hommes s’explique par la concentration des femmes sur des métiers moins qualifiés, qui sont aussi les moins bien rémunérés, souligne le rapport.

Dès lors que chacun peut choisir librement son métier, l’idée d’agir de manière proactive pour faire évoluer les représentations sur les métiers, attirer des candidatures féminines ou masculines vers des filières de formation et des métiers atypiques ne s’impose pas aussi naturellement que la lutte contre les discriminations, analysent les auteurs du rapport. Il relèvent également une affirmation constante de l’objectif de promotion de la mixité dans le discours des acteurs, mais qui ne se traduit pas dans les faits.

Formation des acteurs relais


Le rapport juge indispensable de généraliser la sensibilisation des professionnels concernés pour faire progresser la mixité professionnelle. Il faut renoncer à un modèle de saupoudrage et d’inscriptions facultatives pour assumer une approche beaucoup plus systématique et volontariste.

Les inspecteurs proposent de modifier le cahier des charges du CEP -Conseil en évolution professionnelle- pour intégrer dans l’offre de services les objectifs de mixité. Les conseiller.e.s devraient aider les personnes à prendre du recul par rapport à la représentation genrée de certains métiers et proposer des actions de découverte des environnements professionnels et des métiers non mixtes porteurs d’emplois.

Ils devraient aussi être formés pour lever d’éventuels obstacles à la réalisation d’un projet atypique.

En ce qui concerne les Opca, la formation de tous leurs cadres et conseiller.e.s à la lutte contre les stéréotypes de sexe devrait être intégrée aux contrats d’objectifs et de moyens signés avec la DGEFP.  La communication sur la mixité des formations auprès des chef.fe.s d’entreprise et des organismes de formation pourrait aussi en faire partie.

La mixité professionnelle un critère qualité de l'offre de formation ?


Parmi d'autres préconisations, les auteurs du rapport indiquent que la promotion de la mixité professionnelle pourrait faire partie des critères de qualité auxquels sont soumis les organismes de formation.
Les inspecteurs recommandent aussi d’ajouter aux contrats de plan régionaux de développement des formations des objectifs en matière d’accès des femmes et des hommes aux filières de formation. Plusieurs préconisations concernent également les Opca et le Cnefop.

Le Cnefop devrait s’assurer que les certifications et les labels "qualité" demandant l’inscription sur la liste publique prévoient bien cette vérification. Les appels à projets du FPSPP pourraient aussi prendre en compte le développement de la mixité des formations financées.

Pour aller plus loin


Date de publication
2 mai 2017