Accès direct au contenu | Accès direct au menu

Mot de passe oublié ?

Créer un compte

+
Vers Espace public
Retour à la page d'accueil du site

L'espace des professionnels
orientation, formation, emploi


Vous êtes ici : Espace Professionnel > Observation > Etudes Emploi Formation > L'insertion professionnelle

Le diplôme est déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels et des apprentis

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du Ministère de l’Éducation nationale (DEPP) publie deux numéros de sa collection Note d'information sur les parcours et l’insertion des lycéens professionnels et des apprentis.

Le diplôme reste déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels

En février 2017, sept mois après la fin de leurs études professionnelles en lycée, 48 % des lycéens sortant de niveau CAP au niveau BTS ont un emploi. Cela représente une hausse de trois points par rapport à 2016.
Quel que soit le niveau de formation, obtenir le diplôme demeure déterminant dans l’insertion des jeunes : les diplômés ont un taux d’emploi de 51 % contre 38 % pour ceux qui n’ont pas obtenu le diplôme préparé.

L’insertion des apprentis est marquée par la formation et par la conjoncture économique

En février 2017, sept mois après leur sortie d’un centre de formation d’apprentis, 69% des jeunes ayant suivi des études de niveau CAP à BTS ont un emploi, soit quatre points de plus qu’en 2016 et sept points de plus qu’en 2015. Parmi eux, un peu plus de la moitié a un contrat à durée indéterminée. Quel que soit le niveau de formation, sortir du système éducatif après avoir obtenu le diplôme préparé demeure déterminant pour l’insertion des jeunes. L’écart des taux d’insertion selon ce critère est en moyenne de 19 points : 73 % des sortants diplômés sont en emploi contre 54% des jeunes sortis en année terminale d’un cursus sans obtenir le diplôme.

Quleques données chiffrées

Le taux d'emploi des filles est de 67% contre 70% pour les garçons.
À tous les niveaux, les garçons s’insèrent mieux que les filles, mis à part les sortants de brevet professionnel des services.

L’étude indique que l’insertion professionnelle varie selon le niveau de diplôme préparé et la spécialité de formation : pour un jeune apprenti sortant de niveau CAP, le taux d’emploi varie de 42 % dans la « Coiffure-esthétique » à 79 % dans le « Transport-manutention-magasinage ». En baccalauréat professionnel, la variabilité s’étend aussi de 41 % d’emploi en sortant des formations « Finances-comptabilité » jusqu’à 78 % pour le « Génie civil-construction-bois ». En BTS, ce sont les formations aux services aux personnes qui offrent les meilleurs débouchés.

En moyenne, 59 % des ex-lycéens professionnels en emploi déclarent que celui-ci correspond à leur niveau de diplôme. Le type d’emploi principalement occupé sept mois après la sortie du lycée est un emploi à durée déterminée. Les emplois à durée indéterminée représentent 33 % des situations de travail.

Sept mois après la fin de la formation, 19 % des jeunes en emploi travaillaient dans l’entreprise où ils ont effectué leur stage, et ce, quel que soit le niveau de sortie. Globalement, les filles et les garçons avaient le même taux d’emploi sept mois après la fin des études. Quatre spécialités regroupent plus de la moitié des sortants de lycées : le « Commerce-vente » (19 %), les « Services aux personnes » (12 %), la « Mécanique et structures métalliques » ainsi que « Finances-comptabilité » (11 %).
 


Date de publication
16 mai 2018